Cyclo Club d'Azun

Cyclo Club d'Azun
NOJA 2022





Séjour à NOJA du week-end de L’Ascencion
(26-29 MAI 2022)


17 participants : 11 cyclistes, 6 accompagnantes dont 2 cyclistes VAE

En réalité il a commencé le Mercredi 25 puisque pour tenir compte du programme préparé par notre GO et Présidente, il convenait d’être opérationnel dès le Jeudi matin.
En arrivant à l’adresse indiquée nous avons d’abord cru à une erreur. Nous étions sur une terrasse donnant directement sur une plage et devant un superbe paysage de rochers émergents et d’ilots. Renseignement pris auprès d’Elena, maître d’hôtel, cet établissement hébergerait bien les Aoulhès pendant 4 jours.
Nous découvrirons ultérieurement les très nombreux talents d’Elena qui parle un excellent français, d’autres langues étrangères et a un sens de l’accueil exceptionnel.
La tentation étant trop forte, nous sommes allés immédiatement découvrir cette côte découpée et ces ilots accessibles grâce à la marée basse. Cela a provoqué quelques rencontres parfois inattendues: des nids de mouettes avec des œufs. Chantal partie un peu à l’écart du groupe, s’est retrouvée face à un sanglier !


Jeudi 26 

Après un petit déjeuner copieux, nous sortons sous un ciel resté couvert et un peu frais. La journée commence plutôt bien, avec la remarque humoristique de Jean Marc, « Les filles ont oublié de mettre la lumière arrière, elles n’ont pas le feu au cul ! »
Le parcours prévu consistait en une boucle de 95kms avec l’ascension du Puerto de Alisas, une montée d’environ 10kms assez régulière, idéale pour une mise en jambe pour ceux qui avaient une préparation insuffisante. En haut un monument en l’honneur des cyclistes nous rappelle que cette province de la Cantabrique aime le vélo. Nous verrons plusieurs fois au bord des routes des œuvres d’art évoquant le cyclisme local.
Un généreux soleil apparait l’après-midi et permet à chacun de suivre le chemin côtier et y faire de belles photos aux couleurs vives entre le bleu de l’océan, le blanc de l’écume et le vert printanier de la végétation.
Le diner était servi vers 21h par Hanna à l’efficacité redoutable, toujours prête à devancer nos désirs parfois excessifs avec bonne humeur et rapidité.
Elle nous accompagnera toujours aussi attentionnée et dévouée du petit déjeuner au diner jusqu’au Samedi matin malgré ces horaires trop amples.


Vendredi 27 

Randonnée plus courte mais bosselée puisqu’elle ne faisait que 57 kms le long de la côte en direction de Santander qui nous a permis de découvrir et retenir des criques isolées pour y revenir en touriste ou camping cariste comme la plage de Langre.
Rentrés à midi, tous, vite douchés, nous passons à table à l’heure plutôt française pour déguster une excellente paella aux fruits de mer spécialité du cuisinier.
Prêts et gavés comme des oies à 13h30, nous prenons la route pour SOMO situé à 25 km de Noja pour visiter Satander où nous nous rendrons en traversant la baie avec une navette bateau pour le prix de 5,50€ AR.
Cette baie qui a accueilli les épreuves de voile des jeux olympiques de 1992 est immense dans un environnement grandiose. Notre balade à pied dans Santander nous a amené jusqu’au parc de la Magdalena où nous avons découvert des bassins ou nagent des phoques, un peu plus loin trois vielles caravelles qui selon les textes affichés ont traversées l’océan atlantique, et un radeau en Balsa qui aurait traversé le pacifique. Les vues sur l’océan à partir de cette presqu’ile sont partout spectaculaires, et à l’extrémité se trouve le Palacio qui accueillait pendant l’été la famille royale espagnole.
Ce Palacio a peut-être créé une confusion pour Brigitte et Raymond qui pour s’éviter une longue marche avaient repéré un bus sur lequel était écrit « El Castillo » et pensait ainsi nous rejoindre devant le palais. Ils nous ont expliqué que le bus a pris la bonne direction…. jusqu’au premier rond-point où Il a fait demi-tour pour se diriger à l’opposé et aller à l’autre extrémité de la ville. Là ils ont attendu le bus suivant qui les a ramenés devant le port. Nous les avons retrouvés, toujours de bonne humeur malgré cet incident, attablés au soleil d’une terrasse de café devant un caña. Compte tenu de la sortie au programme du lendemain, nous avons eu une pasta party avec des spaghettis à la carbonara façon espagnole.


Samedi 28

Le soleil est présent dès le lever du jour annonçant une journée chaude et ventée.
A ceci s’ajoute le programme « motivant » que notre très gentille organisatrice nous a préparé : 125 kms, 2300m de dénivelé positif et quatre cols, le Portillo de la Sia, le collado del Ason, le puerto de la Cruz de Usano et le puerto de Fuente de las Varas.
A la question posée « si j’abandonne, est ce qu’un véhicule sera disponible pour me ramener » la réponse dissipe immédiatement toute éventuelle inquiétude « vous devez le dire maintenant en route ce ne sera plus possible ».
C’est clair il nous faudra aller au bout ! Finalement nous ferons tous la boucle. Les premiers arrivés au col de la Sia, ont alors la possibilité de monter au Picon Blanco, seul Nicolas aura le courage d’aller au bout de ces quelques km au % frolant les 20 %, Patrick ayant renoncé après quelques km sur une route de crête pentu et ventée.
Le paysage est partout grandiose dans cette région où la montagne est à proximité de la plage.Le diner réservera une surprise puisqu’après une entrée crudités, le serveur qui a remplacé Hanna, moins bienveillant et beaucoup plus rude nous retire rapidement nos assiettes et couverts pour nous les remplacer par un léger dessert crémeux. Il provoque immédiatement une émeute des estomacs affamés après ce périple énergivore.
L’organisation de la cuisine s’adapte rapidement sans discussion pour nous préparer un plat de viande et des patatas fritas montrant ainsi un sens aigu de la satisfaction client.
Ce sens du service client sera également vérifié devant une nouvelle interrogation : nous devons quitter nos chambres le dimanche matin : comment pourrons nous doucher et nous restaurer après la sortie de demain qui prévoit 82 kms et 1100 m de dénivelé pour un retour vers 14h.
La réponse de la direction est également à la hauteur de cette réputation puisque nous sommes autorisés à garder nos chambres jusqu’après la douche et un repas froid nous sera servi en terrasse.

Dimanche 29

La journée commence au lever du soleil pour les amateurs de photo et promet d’être ensoleillée pour le dernier parcours de 82 km sur les hauteurs de Laredo avec trois cols.
Beau soleil, belle randonnée. Ce long weekend se termine dans une excellente ambiance de groupe ou chacun a pu mieux connaitre et apprécier ses compagnes et compagnons de séjour.
Tous ont envie de recommencer le plus vite possible et Chantal et Pierrick que nous félicitons pour la qualité de leur organisation, sont priés de se remettre au travail pour nous organiser le prochain séjour !!
Pendant ces quatre jours ou les cyclistes suivaient leur coach, les conjoints étaient loin de s’ennuyer.
Balades multiples sur les sentiers côtiers et les plages offrants des vues à couper le souffle, on pouvait se croire en Bretagne !!!
Cathy et Françoise avec leur VAE, ont pris des chemins insolites pour découvrir la côte. Moments d’échange et de bonne humeur bien appréciés, on a envie d’y revenir et pourquoi pas de proposer des sorties VAE au départ d’Argeles.

Nous nous quittons en fin d’après-midi en saluant avec une certaine amertume les quatre Aoulhès qui restent encore quelques jours dans cet endroit paradisiaque.


ROSAS 2019







Week End de l'Ascension 2019 à ROSAS


26 participants à ce séjour, organisé par notre GO Patrice, se sont retrouvés de nouveau pour les 4 jours duWE de l’ascension à l’hôtel Maritim à ROSAS soit 14 cyclistes et 12 conjoints.

La plupart avait anticipé leur arrivée pour éviter les traditionnels bouchons de ce long WE.
Comme à chaque fois nous avons quitté les températures encore hivernales de notre montagne pour la douceur estivale de la côte catalane.

Après les installations et un déjeuner aussi copieux que lors de nos précédents séjours, les « pédaleurs » ont rejoint le Port de La Selva, quelques courageux ont bravé la chaleur et les pourcentages pour monter jusqu’à l’ermitage de San Péré de Rodes.

Vendredi matin, départ pour le col de Banyuls où nous rejoignent les accompagnants (tes) avec une réserve d’eau bienvenue, soit un peu plus de 60 kms au total, là aussi quelques vaillants descendent jusqu’au joli village de Banyuls (qui était la fin de notre traversée des Pyrénées en Juin 2016).
Le retour au col est une autre épreuve puisque la rampe d’accès reste au-delà de 18% pendant plus d’un km.

L’après-midi nous apprenons que notre GO nous a réparti en quatre équipes de six qui devront s’affronter dans une compétition restée secrète jusqu’à notre arrivée devant une salle de Bowling.
Après avoir découvert que ces boules sont beaucoup plus lourdes que celles de la pétanque et qu’elles étaient systématiquement attirées par les rigoles latérales, la vraie compétition a pu se dérouler sans accident pour des pieds exposés aux chutes de ces boules plombées.
Un apéritif désaltérant offert par notre généreux trésorier a permis de clôturer cet affrontement boulistique.

Le Samedi était prévue une journée picnic après un beau parcours d’une cinquantaine de kms un peu compliqué piloté par notre GO transformé en capitaine de route.
Le bigourdan n’étant pas réputé pour sa discipline, après quelques envolées pédalantes, des écarts, quelques retours etc... l’évidence est que nous nous sommes dispersés et perdus et que notre capitaine de route a disparu !
Une mise au point permettra de retrouver un peu de sérénité et surtout le chemin de notre déjeuner !!
Le lieu du picnic avait été judicieusement choisi en pleine montagne dans la forêt au-dessus du village de La Vajol. Il y a là un monument en pierre très pratique pour s’assoir et déguster le déjeuner apporté par nos accompagnatrices.

Au milieu du repas nous avons vu arriver là un premier bus puis un second qui ont débarqué environ 80 personnes venues se recueillir sur ce monument et entamer à l’unisson un chant à la gloire du peuple catalan qui s’est conclu par un retentissant « VIVA CATALUÑA !!! ».
Renseignement pris auprès des chanteurs puis au bar du village, où nous avons pris un café, ce monument est dédié au Señor Lluis Companys qui était un responsable politique catalan, il s’était réfugié en France en passant par ce village pendant la guerre civile espagnole mais avait été capturé avec la complicité du gouvernement pétainiste et remis aux autorités franquistes qui l’avaient fusillé à Barcelone : il est devenu depuis le symbole de l’indépendance catalane.

Le dimanche matin avait été laissé libre, certains sont allés visiter, à vélo ou en voiture, le joli village de Cadaquès, où a vécu Salvator Dali.
Le repas de midi avait été réservé au restaurant « Cannonge » du villagede Sant Llorenç de la Muga, où nous a été servi une cuisine méditerranéenne délicieuse de viandes et légumes grillés à l’ombre et à la fraicheur du patio.
Visite du village resté dans un jus médiéval puis retour à l’hôtel soit pour une petite sieste soit pour la fête des fleurs qui avait organisé un défilé de coiffures florales.

Nous avons pu profiter d’un séjour très agréable avec une météo optimale et sommes prêts à recommencer le plus souvent possible.
Nous en remercions vivement l’organisateur Patrice et notre dirigeant Raymond.